Avis d'expert

L’automobile du futur

avenir-automobile-location-vehicule-entreprise

Dans une étude publiée le 19 avril dernier, le cabinet Roland Berger dresse un portrait de l’automobile de 2025. Montée en puissance des motorisations électriques et des petits modèles, multiplication des équipements connectés et passage de la détention vers l’usage en sont les principaux traits. Des évolutions qui devraient toucher, en premier lieu, les prestataires de location longue durée.

Des voitures plus petites…

Premier enseignement : les petits modèles l’emportent. D’abord parce qu’ils ont de moins en moins à envier aux grosses berlines. Aujourd’hui déjà, ils procurent un confort de conduite équivalent, passent les crash-tests de mieux en mieux, offrent des choix d’équipement tout aussi larges que ceux des plus gros véhicules, consomment moins et, mieux conçus, deviennent de plus en plus spacieux malgré leur petite taille.

avenir-automobile-location-vehicule-entreprise

Dans un monde plus urbain que jamais en 2025, où la mobilité sera la clé, les petites voitures devraient donc remporter un succès croissant et devenir majoritaires sur le marché. D’autant plus que, selon Roland Berger, l’automobile perd de son attrait et de son symbole de statut social auprès des jeunes générations. L’aspect pratique domine chez les futurs utilisateurs qui, au Japon par exemple, font passer l’automobile au 17ème rang de leurs centres d’intérêts, quand celle-ci se situait au 7ème rangs pour la génération des années 60/70.

…électriques et connectées

Deuxième enseignement : la voiture de 2025 sera électrique et connectée. Sous les capots, les moteurs devraient en effet évoluer vers l’abandon du thermique, même si les essences et autres diesels devraient encore représenter 50 % des ventes d’ici à 15 ans. Pour la moitié restante, Roland Berger prévoit 10 % de moteurs tout électrique, et 40 % d’hybrides. Dans l’habitacle, l’introduction de nombreux services connectés devrait quant à elle être plus rapide.

En plus du désormais traditionnel GPS, de nombreuses innovations pourraient apparaître : avertisseurs de collision, assistance à la conduite et fonctions de pilotage automatique, informations au voyageur, système de paiement électronique, gestion intelligente du véhicule et de la circulation, etc… On ne devrait pas être loin, en 2025, d’un système de transport entièrement intelligent et interconnecté !

De nouveaux modèles économiques

Troisième enseignement, directement issu des précédents : le modèle de l’utilisateur propriétaire devrait évoluer vers une multiplication des modes de consommation de la voiture. Le cabinet Roland Berger en laisse entrevoir quelques-uns :

  • Le client achète son véhicule électrique mais pas la batterie de ce dernier. Pour recharger sa voiture, il fait un échange de batterie chez un prestataire agréé.
  • Plus classique, le client achète son véhicule électrique et dispose de plusieurs options pour la batterie : l’achat pur et simple, la consigne, ou la location longue durée.
  • Le client souscrit un pack comprenant un véhicule, des services de maintenance, un service « batterie », et une assurance. Il paye un « loyer » mensuel.
  • Le client souscrit un pack « mobilité » incluant plusieurs modes de déplacement, des services de parking et de communication. Il paye un « loyer » mensuel.

Parmi les nouveaux modèles économiques, l’étude insiste sur l’auto-partage, qui, selon le cabinet Roland Berger, devrait monter en puissance d’ici à 2025.

Les loueurs en pointe

A l’image d’ING Car lease qui, déjà, a installé un service d’auto-partage dans une tour de La Défense les prestataires de location longue durée devraient être en pointe dans l’installation de ces nouvelles habitudes de consommation. Parce que le renouvellement de leurs parcs automobiles est bien plus rapide et fréquent que celui des véhicules de particuliers. Parce que l’essence même de leur métier est de proposer au marché les dernières innovations des constructeurs. Et parce que les exigences des entreprises clientes en matière d’image comme d’optimisation des coûts iront, forcément, dans le sens des évolutions pressenties par le cabinet Roland Berger.

Share: