Mobilité électrique

Voiture électrique : une question d'échéance plus que de probabilité

Le cabinet d’audit Deloitte vient de publier une étude sur les intentions d’acquisition de voiture électriques dans le monde : 2 à 4 % des automobilistes seraient disposés à acheter une voiture électrique. Mais ce chiffre choc repris par la presse demande à être expliqué.

S’il est un domaine où il est clair que l’offre crée la demande, c’est bien celui de la voiture électrique. Plus concrètement, un véhicule électrique qui présenterait un coût d’acquisition ou de location longue durée et une autonomie identiques à celui d’un véhicule traditionnel obtiendrait 100% de la demande. Mais cette offre n’existera pas avant longtemps.

Quel comportement du consommateur en l’état actuel de l’offre ?

Effectivement, nombre d’entre eux attendront une autonomie de 320 km, un prix de 20 000 euros, et un temps de recharge de deux heures. La vraie surprise de l’étude vient plutôt des intentions d’achat de voiture électrique par régions du monde. La Chine, le Brésil et l’Argentine sont autant de potentiels « early adopters ». A l’inverse, le Japon, l’Allemagne et la France s’avèrent peu demandeurs. Plus globalement, l’Asie et l’Amérique du Sud seraient plus conscients, et davantage prêts au passage à la voiture électrique, que l’Europe ou l’Amérique du Nord.

Les raisons sont multiples mais on peut avancer les principaux facteurs suivants :

  • La pollution ou le risque d’aggravation de la pollution liée à l’augmentation de la population et de la consommation est élevée, en Chine en particulier. Les centrales à charbon et le trafic automobile en sont les responsables les plus visibles. Ainsi le bilan carbone d’un chinois vient-il de dépasser celui d’un français…
  • La croissance forte dans laquelle évoluent les pays émergents les poussent à envisager l’innovation technologique et les coûts associés de façon positive.

Il nous semble aussi qu’il aurait fallu différencier l’intention de propriété et l’intention d’usage de ces véhicules électriques. La toute jeune Autolib nous apprendra certainement que la location courte durée de véhicule électrique sera une première expérience incitant à aller plus loin en électrique. Les acteurs les plus innovants de la location longue durée sauront aussi convaincre les entreprises que l’électrique est adapté à bien des usages professionnels.

Concept de voiture électrique BMW i3 – Salon de Francfort 2011

Plus d’informations sur cette étude ?

Share: