En France

eCall pour plus de sécurité

Le 8 septembre dernier, la Commission Européenne a adopté une recommandation visant à généraliser le système eCall à bord des véhicules de tourisme à l’horizon 2015. Passé cette date, le système devrait ensuite être rendu obligatoire par les instances de l’UE.

Basé sur les nouvelles technologies de géolocalisation, eCall est un système d’appel d’urgence qui, relié aux airbags des véhicules équipés, prévient automatiquement les services de secours en cas d’accident grave, en composant le 112, numéro d’urgence Européen. Egalement activable manuellement, par simple pression sur un bouton, eCall fournit alors au centre de réception des appels d’urgence le plus approprié un certain nombre d’informations relatives au véhicule accidenté, ainsi que ses coordonnées de localisation et sa direction.

Très concrètement, ce système d’appel d’urgence permettrait de réduire considérablement le délai d’arrivée des services de secours sur les lieux d’un accident : de 50 % dans les zones rurales, et de 40 % dans les zones urbaines. Une réduction des délais qui permettrait de sauver 2500 vies, chaque année, dans l’Union Européenne, et de diminuer sensiblement la gravité des blessures des personnes accidentées dans 15 % des accidents. Le dispositif permettra également de réduire les embouteillages occasionnés par les accidents routiers.

En termes de coûts, la généralisation de l’eCall nécessitera la modernisation des services de réception des appels d’urgence afin de traiter les données automatiques envoyées par les véhicules, ce qui engendrera forcément des investissements substantiels. Le coût annuel de mise en place du système est ainsi estimé à 4,55 milliards d’euros par an en ce qui concerne, en particulier, l’installation du dispositif dans les véhicules et les évolutions des centres de réception d’appels. Ce qui, ramené au véhicule, revient à une hausse de 2500 € à l’achat d’une voiture équipée, et à une augmentation de 3 % des tarifs de location. Cependant, les estimations indiquent un rapport coûts/avantages très favorable pour le système eCall. On évalue ainsi à environ 26 milliards d’euros les économies annuelles qu’il permettrait, à travers des économies sur les coûts engendrés par les accidents et les embouteillages.

La recommandation de la Commission Européenne s’explique par un gros retard pris sur le calendrier initial de mise en place d’eCall, qui prévoyait la généralisation du système dès 2009. En effet, malgré l’intérêt affiché par les Etats membres de l’Union, on ne compte aujourd’hui que 0,7 % des véhicules particuliers équipés de ce principe d’appel d’urgence ! Il est réaliste de penser que le taux d’équipement des véhicules d’entreprise en location longue durée soit les premiers à adopter cette technologie. Sans compter que certains commencent à émettre des inquiétudes quant à la protection des données privés, eCall permettant, en principe, de suivre à la trace les déplacements de tout en chacun. Ce à quoi la commissaire en charge de la société numérique, Nelie Kroes, a répondu que le système était activé uniquement en cas d’accident, tout en précisant que « la vie humaine [était] plus importante que la protection de la vie privée ».

Prochainement, une proposition devrait être déposée afin qu’eCall soit également installé sur les poids lourds et les bus.

Share: