En France

Tous les automobilistes devront être équipés d’un éthylotest dès le 1er juillet 2012.

Article révisé le 8 octobre 2012, retrouvez les changements dans les encarts rouge ci-dessous :

À compter du 1er juillet, automobilistes et usagers des deux-roues devront obligatoirement avoir un éthylotest avec eux. Selon un décret récent, nous risquerons, en cas de défaut de possession, une amende de 11 euros à partir du 1er novembre 2012.

Pas de PV pour défaut d’éthylotest avant le 1er mars 2013

Le ministère de l’intérieur a retardé au 1er Mars 2013, la verbalisation pour défaut d’éthylotest dans les véhicules.

La sécurité routière évoque des défauts approvisionnement pour justifier ce report.

Retrouvez différentes sources de cette actualité :

Quel cadre légal ?

« Tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, doit justifier de la possession d’un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement » et « l’éthylotest mentionné au premier alinéa respecte les conditions de validité, notamment la date de péremption, prévues par son fabricant » indique le décret. Le décret est disponible en cliquant ici.

La location longue durée et l’obligation de possession d’un éthylotest :

Les loueurs longue durée en général, et Alphabet en particulier, communiquent et investissent pour faciliter la mise en place d’éthylotests dans leurs véhicules.
Mais, comme pour la majorité des infractions, c’est bien au conducteur d’assumer la responsabilité de la possession – ou de la non possession – d’éthylotests.

Êtes vous concerné ?

Sont concernés, les automobilistes et les usagers des deux-roues. Les conducteurs de véhicules électriques ou sans permis sont aussi concernés par l’obligation de posséder un éthylotest. Seuls les détenteurs de cyclomoteurs de moins de 50 cm3 et 45km/h y échappent. Des éthylotests anti-démarrage équipent déjà les autocars neufs depuis le 1er janvier 2010 et devront équiper l’ensemble du parc en 2015. Les éthylotests sont obligatoirement mis à la disposition du public dans tous les bars de nuit et discothèques depuis novembre dernier.

Les raisons d’une telle mesure ?

3 970 personnes ont perdu la vie sur les routes de la métropole en 2011, en baisse légère par rapport à 2010. 2011 marque la 10e année de baisse consécutive de la mortalité routière. Les chiffres de la Sécurité routière sont parlants : si le taux légal (0,5 g par litre de sang) avait été respecté par tous, 1150 vies auraient été sauvées en 2010.

L’alcool est depuis 2006 la première cause de mortalité avant la vitesse, et serait à l’origine de 31 % des accidents mortels en France. Jean-Luc Névache, délégué interministériel à la Sécurité routière précise que ce chiffre n’a pas évolué depuis 10 ans. Cette proportion tombe à 17 % chez les Anglais et à 10 % chez les Allemands.

Éthylotest chimique ou électronique?

Ces deux catégories d’éthylotests sont très différentes.

  • L’éthylotest chimique, traditionnellement appelé le ballon, est à usage unique. Il a une durée de vie de deux ans et coûte environ 1,50 euro.
  • L’éthylotest électronique coute de 100 à 200 euros.

Certes le prix guidera les consommateurs vers la version chimique de l’éthylotest. Mais si le conducteur contrôle fréquemment sa consommation, il aura tout intérêt à investir dans un équipement électronique. Il faudra alors s’assurer que la matériel électronique est fiable et veiller au risque de vol, puisque sa valeur n’est pas éloignée de celle d’un GPS nomade ou d’un autoradio.

Comment ça marche ?

  • Alcootest chimique: vous soufflez dans un tube suffisamment fort pour gonfler le ballon attenant. Le volume du ballon est fixé (en général 1 litre) et donne un indice de la présence d’alcool dans l’air que vous avez expiré. Au contact de cet air, des cristaux contenant du dichromate de potassium (orange) changent de couleur en fonction de la présence d’éthanol, et deviennent des ions chromates (vert). La réaction est proportionnelle à la quantité d’alcool présent dans l’air.
  • Alcootest électronique : les “éthylomètres” sont plus précis et donnent une réelle mesure de la quantité d’alcool dans l’air expiré par les conducteurs. Ils comportent une sonde sensible et le résultat est exprimé en milligramme par litre d’air expiré, directement sur un afficheur numérique. La sonde nécessite d’être ré-étalonnée tous les ans afin de garantir son efficacité.

Quelle marque se procurer ?

Le décret oblige tout conducteur à posséder un alcootest non usagé, disponible immédiatement, à portée de main. Mais l’éthylotest doit satisfaire aux conditions de validité suivantes :

  • Date de péremption indiquée sur l’emballage non dépassée.
  • Comporter une marque de certification (norme NF).

De nombreux produits fiables sont en vente sur internet, en provenance d’Europe ou de pays plus lointains; mais s’ils ne comportent pas la norme NF, ils ne répondent pas à l’obligation légale.

Va t-on assister à une pénurie ?

Avec cette annonce, les carnets de commandes des fabricants explosent littéralement. La société Contralco, numéro un mondial des éthylotests chimiques, reconnaît même avoir des difficultés pour faire face à la demande. «On fabriquait 12 millions d’éthylotests en 2010 avec 67 salariés, cette année on devrait en fabriquer 50 millions avec 140 personnes », explique son directeur du marketing, Guillaume Neau. Par ailleurs, les points de vente se multiplient: « 10 % des pharmacies vendaient des éthylotests en 2010, elles sont 70 % actuellement, et les tabac-presse commencent à vendre ces produits », signale le même responsable. Mais, déjà, de nombreuses pharmacies parisiennes sont en rupture de stock.

Si les canaux de distribution se multiplient, il n’est pas certain que la fabrication suive. 70% des pharmacies vendent aujourd’hui des Éthylotests, et nous approcherons de 100% en Juin. Du commerce en ligne au tabac presse, les occasions de trouver un éthylotest sont nombreuses. Mais les carnets de commandes des fabricants explosent littéralement et il est probable qu’il y ait un peu de pénurie autour du 1er Juillet. Le défaut de possession d’un éthylotest ne sera sanctionné qu’à partir du 1er Novembre 2012.

Fin avril, la société Contralco reconnaissait déjà avoir des difficultés pour répondre à la demande et semblait douter de ses capacités de production. De nombreux points de vente étaient déjà en rupture de stock à l’époque. Ce problème n’ayant pas été résolu depuis, la sécurité routière a donc décidé du report au 1er mars 2013 des sanctions pécuniaires pour non-présentation des éthylotests lors d’un contrôle routier.

Quelle utilisation ?

Ceux qui ne boivent jamais laisseront l’appareil au fond de la boite à gants. Attention dans ce cas à ne pas laisser passer la date de péremption ! Après une consommation d’alcool, il est nécessaire de patienter 30 minutes environ avant d’utiliser l’éthylotest. Un temps nécessaire pour que l’alcool passe dans le sang. En ne respectant pas cette attente, le risque est d’être «négatif» au moment de prendre la route et d’être déclaré positif une demi-heure plus tard par les forces de l’ordre, en cas de contrôle.

Quelles sanctions?

Pendant quelques mois il y aura tolérance de la part des forces de l’ordre pour ceux qui ne sont pas en règle. La période estivale permettra de communiquer massivement sur l’usage de l’éthylotest. Selon le décret, nous risquerons, en cas de défaut de possession, une amende de 11 euros à partir du 1er novembre 2012. Il est conseillé d’avoir toujours 2 éthylotests dans votre véhicule, l’un pour vérifier votre taux d’alcoolémie avant de prendre la route, et le second non utilisé pour pouvoir le présenter éventuellement lors d’un contrôle des forces de l’ordre.

Share: