En France

Qualité de service: Tout commence par le recrutement

Catherine Namin - Recrutement LLD

Catherine Namin Recrutement AlphabetCatherine Namin est Directeur des Ressources Humaines de la société Alphabet depuis octobre 2011. Elle a rejoint Alphabet pour vivre l’aventure du rapprochement des deux entités Alphabet et ING Car Lease.

Catherine Namin, quelques mots sur votre parcours, votre vision des RH ?

Je viens du monde du conseil ; j’ai donc travaillé sur des problématiques de gestion des ressources humaines mais aussi de conduite du changement et d’organisation, et je sais toute l’importance de cette période de rapprochement, de cette occasion de construire une culture commune.

Ce que je crois important en ressources humaines c’est que l’on peut à la fois avoir des résultats, une performance d’entreprise et des collaborateurs qui se sentent bien dans l’entreprise. C’est tout cela que nous allons développer pour Alphabet.

Quelques mots sur la variété de métiers chez Alphabet ?

Nous avons effectivement des métiers tout à fait variés avec des gens provenant du monde de l’automobile et d’autres du monde du financement, mais tous sont orientés client. Je vous donne 2 exemples :

  • les techniciens plate-forme, par exemple, sont des gens qui répondent aux clients qui souhaitent faire réviser leurs véhicules, et qui font l’interface avec les garagistes. Ils sont donc à la fois « mécanos » et aptes à parler au téléphone, à répondre, à utiliser leurs connaissances techniques. Nous avons, par exemple, un technicien qui connait tellement bien son métier qu’il est capable de dire au client « mettez votre téléphone sur le capot de la voiture je vais vous dire ce qu’il y a ». Je trouve ça formidable !
  • les responsables database, eux, vont être capables d’anticiper la valeur résiduelle des véhicules alors qu’il existe énormément de modèles et de simulations possibles. Ce responsable a donc un côté financier, statisticien, mais aussi une bonne connaissance du monde automobile.

On retrouve ces deux mondes là, finance et automobile, dans beaucoup de nos métiers.

Un mot sur le rapprochement BMW / ING ?

BMW est un groupe premium, on le voit au quotidien avec une fierté des collaborateurs à travailler pour cette marque. Bien que nous soyons un loueur multimarques, être adossé à BMW est signifiant : nous avons l’esprit « premium » en tête, une culture de la qualité que nous allons décliner en actions.

Il faut également préciser que, contrairement à ce qu’on voit beaucoup quand il y a rapprochement de deux entités, nous n’avons pas de « doublons ». Il aurait pu y en avoir si ING Car Lease avait été racheté par une société financière avec des objectifs complètement financiers. Là, il y a un vrai projet d’entreprise, sur un marché qui pour l’instant se porte plutôt bien (où pour le moins la société tire bien son épingle du jeu), parce que les bons choix sont faits en termes de valeurs résiduelles ou d’offres commerciales. Donc cette fusion de deux sociétés en pleine croissance va nécessiter des recrutements. Nous sommes dans un vrai projet enthousiasmant et nous avons vraiment à cœur de communiquer cela à nos collaborateurs.

Quels sont, justement, vos projets de recrutement pour l’année 2012 ?

Nous allons recruter une quarantaine de personnes en 2012, ce qui au regard de notre effectif est énorme et montre que nous sommes en plein développement ! Nous allons recruter dans tous les départements, aux opérations, en finance, au commerce… Avec des profils de gens ayant « quelque chose en plus » dans leur métier. Bien sûr ce sont des personnes qui vont être compétentes, ou des jeunes qui vont débuter dans la vie, mais surtout des personnes qui auront cette passion de leur métier et de la LLD, et cette volonté d’être « au volant » de leur mission, de progresser eux-mêmes et de faire progresser l’entreprise.

Et quelles seront vos autres missions aux RH cette année ?

Nous parlions de recrutement, mais ce qui me semble important aussi dans le cadre d’un rapprochement, au niveau des ressources humaines, c’est de s’occuper de la culture d’entreprise. On sait que, souvent, les projets de rapprochement achoppent parce qu’on ne s’est pas occupé de ça. On s’occupe des processus, de l’organisation… et on risque d’oublier les gens, la façon dont ils travaillent, ce qu’ils valorisent.
L’une de mes missions est donc de travailler à la création d’une culture commune, et là nous allons beaucoup nous servir du groupe BMW et de ses valeurs. Prenons par exemple la valeur « passion » : que veut-elle dire dans chaque métier ? Comment chacun peut-il s’approprier cette valeur, cette culture commune, pour la décliner dans ses actions de tous les jours ? C’est le genre de question auxquelles j’aurai à répondre très rapidement.

Share:

Leave a reply