En FranceNon classé

Faut-il indemniser les salariés qui se rendent au travail à vélo ?

Le gouvernement devrait prochainement tester un système d’indemnités kilométriques pour les salariés se déplaçant à vélo. Les raisons d’une telle démarche ne manquent pas, mais qu’en serait-il de ses modalités d’application ?

D’après le projet, pour chaque kilomètre parcouru à vélo par un salarié, l’employeur lui verserait une indemnité de 25 centimes. Les entreprises seraient toutefois libres de leur offrir une somme inférieure. Il n’est pour le moment prévu aucune exonération fiscale, réduction de charges sociales, aide de l’État, ou autre contrepartie en faveur des sociétés. Le principe est fondé sur le volontariat.

La coordination interministérielle pour le développement de l’usage du vélo a récemment publié un rapport complet mettant en exergue quelques avantages clés :

  • Le vélo doit apparaître symboliquement comme un moyen de transport à part entière apte à couvrir les trajets domicile travail.
  • Le vélo étant principalement utilisé par les moins favorisés, rembourser des IK apparaît comme une mesure de justice sociale.
  • Les coûts de l’usage régulier et en toutes saisons de la bicyclette seraient ainsi couverts.
  • La décongestion des transports urbains en centre-ville serait sensible.
  • La part modale du vélo en France est faible en comparaison avec d’autres villes comme Amsterdam (22%) ou Copenhague (31%).
  • Indemniser l’utilisation trajet-travail du vélo comme celle des transports en commun paraît légitime.
  • Les enjeux de santé publique apparaissent évidents.
  • Le bilan économique de l’initiative serait positif (570 M€ par an d’avantages pour 170 M€ de coûts)

Fahrradsymbol auf Straßenasphalt mit Euromünzen

L’éducation et les changements de mentalité tiendront certainement une bonne place dans la réussite de ce projet. Car si les entreprises n’y voient qu’une charge sociale de plus et du travail supplémentaire pour leurs comptables, ces IK vélo ne seront sans doute pas les bienvenues… Une indemnisation forfaitaire proche de celle dont bénéficient les salariés pour les transports en commun constituerait sans doute une solution intermédiaire plus largement acceptable.

De leur côté, les municipalités devront elles-aussi prendre part au projet, en investissant dans un réseau interconnecté de voies cyclables.

En savoir plus :

 

Share:

Leave a reply