En FranceNon classé

Pneus hiver, n’attendez pas la neige pour y penser !

L’association TNPF (Association professionnelle française des fabricants de pneumatiques) fait mieux qu’un long discours : elle a mis en ligne des vidéos très explicites sur l’utilité des pneus hiver :

Paradoxalement, la qualité de l’équipement en pneumatique souffre de la montée en fiabilité de l’automobile moderne. Entre les révisions souvent espacées de 30.000 kilomètres, peu nombreux sont les conducteurs à prêter attention à l’état de leurs pneumatiques, et à leur adéquation à la saison.
Ainsi quand vient l’hiver, 7 à 10% seulement des véhicules sont équipés de pneus hiver.

Une législation responsabilisante

La législation française apparaît relativement souple concernant l’utilisation des pneus hiver. Elle renvoie ainsi conducteurs et gestionnaires de flotte devant leurs responsabilités. A chacun d’évaluer les usages de son véhicule en hiver et de faire le bon choix d’équipement.

Si les pouvoirs publics envisagent des évolutions, elles se révèleront sans doute plus incitatives que contraignantes et elles pourraient se concrétiser ainsi :

  • Incitation à s’équiper en pneus hiver des automobilistes français, et en priorité des professions faisant utilisation quotidienne de véhicules (transport de marchandises et de personnes, taxis, ambulances, commerciaux itinérants etc…).
  • Un arrêté pourrait imposer localement des équipements spéciaux dès l’alerte météo, alerte diffusée via les médias numériques (Internet, GPS…) en plus des médias classiques (radios, panneaux indicateurs…).
  • L’exemple pourrait aussi venir de nos voisins : En Suisse, si un véhicule n’est pas chaussé de manière adéquate et gêne la circulation, son conducteur peut recevoir une amende.

Quelques idées reçues tenaces

Pour évaluer l’opportunité de s’équiper, les automobilistes doivent avant tout être bien informés et vérifier si leurs préjugés sont fondés :

faux

« Les pneus hiver ne sont utiles que sur la neige »

 

Avec 6 fois plus de lamelles qu’un pneu été, un pneu hiver va repousser les limites d’adhérence en évacuant neige et eau. Mais sur sol sec aussi, et dès que la température descend en dessous de 7°, il fera la différence avec des pneus été dont la gomme se durcit avec le froid.
D’autre part, la recherche de la consommation la plus basse incite les constructeurs à combattre la résistance au roulement en dotant les véhicules de pneus verts à gommes encore plus dures. Si ces gommes sont conservées par temps froid et chaussées glissantes, la sécurité recule encore.

faux

« Les assistances électroniques compensent les pertes d’adhérence des pneumatiques »

 

Si ces équipements, tels que l’anti-patinage, l’ESP ou l’ABS, devenus standard au fil des ans, ont sensiblement amélioré la sécurité active des véhicules, il est devenu plus difficile d’appréhender les limites d’adhérence d’un véhicule.

faux

« Avec un véhicule à 4 roues motrices, pas besoin de pneus hiver »

 

Certes, à l’accélération, bénéficier d’un entraînement sur les 4 roues permet de progresser sur de nombreux terrains, mais cette impression de sécurité est trompeuse. Au moment de freiner, le véhicule à 4 roues motrices, souvent plus lourd, ne bénéficie pas d’avantages par rapport à un véhicule à deux roues motrices.

pneus-hiver

faux

« Un bon conducteur n’a pas besoin de pneus hiver »

 

La conduite sur chaussée glissante impose un comportement particulier tout en douceur. Ainsi un conducteur Finlandais, habitué à la neige, aura sans doute acquis de bons réflexes.
Mais en France, bien peu nombreux sont les conducteurs formés au pilotage, et ceux qui le sont ne peuvent ignorer les règles de la physique. Les pneus hiver apportent un gain de sécurité et de sérénité indéniable.

faux

« Deux pneus hiver suffisent pour affronter l’hiver »

 

Équiper son véhicule en pneus hiver sur les roues motrices uniquement modifie dangereusement son équilibre.

faux

« Les pneumatiques larges permettent de coller à la route »

 

Il est vrai que la surface de contact avec la route est augmentée avec des pneumatiques larges, ce qui profite directement à l’adhérence. Mais cette surface de contact augmentée peut devenir piégeuse en cas de forte pluie ou de neige en empêchant les pneus d’être en contact avec l’asphalte. Le véhicule est alors confronté au redouté phénomène d’aquaplaning.

faux

« Le coût des pneumatiques hiver est élevé »

 

Contester le surcoût lié à un équipement pneumatique hiver ne serait pas crédible.
Pourtant ces coûts sont sensiblement diminués par le fait que les pneus remisés en hiver ne s’usent pas pendant cette période.

Comment s’équiper ?

La presse spécialisée organise régulièrement des tests de pneumatiques.
Certains loueurs longue durée proposent un service dédié. C’est le cas d’Alphabet qui permet à ses clients d’accéder à un service efficace en quelques clics.

En savoir plus :

 

Share: