Bonnes pratiquesNon classé

Un TCO, c’est bien… Trois TCO, c’est mieux

Apparu dans les années 2000, le concept de TCO (total cost of ownership) est désormais bien présent dans l’univers des flottes automobiles. Entre calcul de sa valeur prévisionnelle et leviers disponibles pour optimiser sa valeur réelle, les gestionnaires de flotte ne manquent pas d’arbitrages à effectuer. A condition de bien maîtriser les trois composantes du TCO. Explications…

Les gestionnaires de flotte automobile ont découvert progressivement le TCO, depuis le début des années 2000. Ce « Total Cost of Ownership », parfois appelé coût d’usage prévisionnel en français, permet de comparer différents modèles entre eux, et d’orienter les choix de véhicules à rentrer dans le parc.

Il s’agit donc d’un véritable outil pour le gestionnaire. D’ailleurs les spécialistes de la Location Longue Durée comme Alphabet n’hésitent pas à accompagner leurs clients sur ce terrain, en leur présentant des grilles extrêmement précises pour l’analyse de ce TCO.

Des grilles d’analyse de TCO très précises

Ces grilles comprennent :

  • Des éléments techniques descriptifs du véhicule – données constructeurs -, reprenant notamment sa consommation ou ses rejets de CO2.
  • Des données tarifaires (prix d’achat du modèle, tarifs des options et accessoires, remises éventuelles, certificat d’immatriculation, etc)
  • Des données contractuelles (durée, kilométrage, options du contrat de LLD par exemple au niveau des pneumatiques, de l’entretien, de l’assistance, de la disponibilité de véhicules de remplacement, etc). Combinées à la perte financière liée à la dépréciation du véhicule avec le temps, elles permettent de déterminer un loyer mensuel, valable pendant tout le contrat
  • Des données fiscales (TVS, Bonus/malus écologique, etc), à lisser mensuellement
  • Des données de consommation qui vont permettre de calculer une charge mensuelle prévisionnelle, quel que soit l’énergie du véhicule, en tenant compte des éventuelles récupérations de TVA.

Très complètes, ces grilles d’analyse permettent d’ouvrir un dialogue fructueux et documenté entre l’entreprise, ses gestionnaires, les conducteurs de ces véhicules et leurs fournisseurs.

Néanmoins, ce calcul de TCO s’appuie sur les coûts prévisibles d’un véhicule. Il permet bien d’arbitrer les choix entre des modèles similaires. Mais il demeure insuffisant pour mesurer le coût d’usage réel d’une flotte (TCO réalisé). Car ce dernier est dépendant, au-delà des seuls véhicules, des conducteurs eux-mêmes lesquels, en fonction de leur façon de conduire, vont engendrer une consommation d’énergie plus ou moins importante, des sinistres qui auront un effet sur les primes d’assurance et la gestion des réparations, des frais de remise en état à la revente du véhicule, etc.

De nombreux leviers d’optimisation pour le TCO « réalisé »

C’est pourquoi, une fois ces coûts prévisionnels déterminés, la mesure des coûts réels reste indispensable, puis leur analyse et la mise en œuvre de mesures d’optimisation.

Ces améliorations peuvent porter sur un véhicule et son conducteur, à travers de stages de formation à l’éco-conduite, ou une assistance à l’optimisation des trajets.

Mais elles peuvent aussi concerner l’ensemble de la flotte, pour rééquilibrer par exemple des utilisations dissymétriques au sein d’un parc de véhicules de service et lisser ainsi les frais d’entretien et leurs degrés d’usure respectifs. Le gestionnaire peut aussi décider de recourir à l’auto-partage ou aux véhicules de pools, afin de limiter le nombre de ceux qui restent inutilisés trop longtemps. Enfin, il aura intérêt à de doter d’outils informatiques lui permettant de suivre régulièrement son TCO réalisé, pour des frais de gestion maîtrisés.

TCO Véhicule + TCO Conducteur + TCO Flotte = TCO

On le voit, le meilleur calcul de TCO sera celui qui prend en compte les trois composantes décrites ci-dessus, à savoir le TCO véhicule (qui correspond au TCO prévisionnel), le TCO conducteur et le TCO Flotte (frais gestion, temps et organisation consacrés aux commandes, immatriculations, livraisons, restitutions…). A ceux que cette multiplication des indicateurs rebuterait, un chiffre éloquent : Un TCO conducteur, lorsque ce dernier ne conduit pas correctement, s’avère susceptible de majorer le TCO véhicule de 20 à 50% ! Quant au TCO Flotte, l’institut PMEKMO aux Pays-Bas l’a estimé en 2012 à environ 720 € annuel par véhicule, ce qui, sachant que le TCO moyen en France s’établit aux alentours de 13 000 euros, représente 5 à 6% du total.

3-TCOSource OVE

Share:

Leave a reply