Avis d'expertNon classé

Avec la LLD, le deux-roues devient véhicule de fonction

Le succès des motos et des scooters auprès des cadres urbains ne se dément pas. Faciles d’utilisation, pratiques dans les encombrements et de plus en plus sûrs grâce aux versions trois roues, ils sont désormais accessibles en location longue durée (LLD). Plus rien ne s’oppose à leur intégration aux stratégies de mobilité des entreprises.

Il s’est vendu 175 490 deux et trois-roues en France en 2014, dont 45 263 scooters à deux roues, 12 897 à trois roues, et 117 330 motos (source CSIAM). Cela représente 9,8 % des ventes de véhicules légers (1 795 000 unités, selon le CCFA). La concentration des ventes de deux et trois roues est plus forte en ville, car les utilisateurs des motos et surtout des scooters les apprécient particulièrement dans les embouteillages. De plus, leur conduite ne nécessite pas obligatoirement de passer un permis spécifique, leurs prix sont attractifs – à partir de 6 300 euros chez Piaggio par exemple – et la sécurité des conducteurs a fait de substantiels progrès avec la généralisation de l’ABS et l’apparition des trois-roues. Il n’y a donc rien d’étonnant à voir les entreprises tentées par l’équipement d’une partie de leur flotte avec ces véhicules… exonérés de TVS !
« Dans notre ambition de devenir le leader des solutions de mobilité pour les entreprises, il était logique que nous mettions en place une solution spécifique de location longue durée pour les motos et scooters » explique Nicolas Barthe, chef de projet chez Alphabet, dont l’offre vient juste d’être présentée au marché. Une solution qui vient prendre place sur un marché encore confidentiel, où les autres loueurs longue durée n’ont pas encore pris position.

modeles-commercialises-lld-motos« Nous proposons un ensemble de modèles très appréciés des cadres, en partenariat avec Piaggio pour les scooters trois-roues, et BMW Motorrad pour les motos et scooters électriques ».
Contractuellement, les gestionnaires de flotte ne seront pas dépaysés : en plus des prestations d’assistance et d’entretien, systématiquement intégrées au contrat, de nombreuses options sont proposées : remplacement des pneumatiques, véhicule relais, carte carburant, couverture sinistres, garantie perte financière… « Avec en sus une grande souplesse sur la durée des contrats (de 12 à 60 mois) et le kilométrage (de 5 000 à 60 000 km), les entreprises devraient se montrer intéressées. D’autant que c’est Alphabet qui prend ici le risque sur le calcul d’une valeur résiduelle toujours difficile à déterminer pour ce type de véhicule » conclut Nicolas Barthe.

Share: