En FranceNon classé

L’appel d’urgence eCall obligatoire en 2018

C’est finalement en 2018 que l’eCall, appel d’urgence automatique, deviendra obligatoire dans les nouveaux véhicules de l’Union Européenne.

L’eCall : De vraies bonnes intentions

L’eCall est une initiative de la Commission européenne visant à déployer un système paneuropéen d’appel d’urgence automatique permettant au conducteur d’une voiture accidentée d’appeler instantanément les services d’urgence tout en envoyant sa position précise et en précisant le type de véhicule concerné.
Ce système de SOS automatique prend la forme d’un numéro unique d’urgence (le 112) et présente plusieurs avantages corrélés :

  • Intervention des secours plus efficace, plus rapide et avec un dispositif adapté à la gravité de l’accident,
  • Fluidification du trafic
  • Eviter les suraccidents
  • Sauver des vies : les accidents de la route ont fait 25 700 morts en 2014 dans l’Union Européenne, l’eCall pourrait réduire ce chiffre de 10% par an.

Cliquez sur l’image pour agrandir
ecall-schema

Quelques réserves

L’ambition de 10% de vies sauvées parait néanmoins optimistes puisque la Commission européenne écrit elle-même de façon plus prudente :
« Avec l’eCall, le temps de réponse des services d’urgence pourrait être réduit de 50% dans les zones rurales et de 40% en zones urbaines, conduisant à une réduction de la mortalité de 2 à 10% et des blessures graves entre 2% et 15%, selon les pays ».

En clair, les gains apparaîtront faibles dans les zones d’Europe à forte densité de population, où l’alerte peut être donnée par des tiers et où les équipes de secours sont par nature proches des sinistres.

Si l’eCall sauve des vies, il lui est reproché de ne pas protéger la vie privée, dans la mesure où le véhicule est potentiellement géolocalisable en permanence. De leur côté, les promoteurs du projet assurent que les données de localisation du véhicule ne remontent qu’une fois l’appel déclenché.

Les freins sont aussi financiers, puisqu’on évalue à 100 € l’impact sur le prix du véhicule, et que les coûts de gestion de la plateforme d’accueil du 112 pourront aussi être conséquents.

Et une évidence

Le projet d’eCall a nécessité près de quinze années de travaux de la Commission européenne.
Pendant ce temps, certains constructeurs (Peugeot – qui fut pionnier de l’appel d’urgence – BMW, Audi, et Mercedes) ont lancé des services similaires, intégrés à leurs véhicules et accessibles sous la forme d’abonnements connectés.

D’autre part, le véhicule autonome commence à pointer le bout de sa calandre ; il sera par nature localisé et connecté et intègrera donc naturellement la capacité à appeler automatiquement un centre de secours.

S’il arrive un peu tard, l’eCall reste néanmoins une initiative utile. L’essentiel sera donc préservé si ce SOS des temps modernes devient accessible à tous les automobilistes.

En savoir plus :
Impacts of an automatic emergency call system on accident consequences

Share: