En FranceNon classé

L’absence de bruit peut nuire à la santé !

Un tiers des Européens subirait des nuisances sonores au cours de la journée, et 20 % d’entre eux ont le sommeil perturbé à cause du bruit émis par les transports. La voiture électrique fait certainement partie de la solution, mais la médaille a son revers.

Si la réduction de bruit est très significative pour un véhicule circulant en mode électrique, l’impact à l’échelle du trafic ne devient sensible que si la proportion de véhicules peu bruyants est suffisante. Ainsi avec une proportion de 50% de véhicules électriques, la réduction de bruit sera à peine ressentie.

Il est alors nécessaire de rendre le bruit des véhicules électriques émergent et perceptible.

Le risque est accentué par le fait que nombre de piétons écoutent de la musique ou pianotent sur leur téléphone portable en marchant.
En Suisse, pays ayant traité le sujet en profondeur, le rapport Sinus du bureau de prévention des accidents pointe l’inattention comme l’une des principales causes d’accidents graves. Sur 1100 personnes ayant subi des dommages corporels graves dus à l’inattention en 2013, 190 sont des piétons.

Les assureurs considèrent aussi l’inattention chez les piétons comme un problème croissant et le risque lié à l’utilisation des téléphones portables ne concerne plus uniquement les conducteurs.

passage-pieton-telephone

Le législateur européen a donc estimé que cela posait un problème de sécurité, en particulier pour les mal-voyants.

Du bruit à la création sonore

Pour y remédier, les véhicules électriques devront donc être équipés d’un bruiteur artificiel et, idéalement, le bruit ajouté doit fournir au passant une information sur la distance et la vitesse d’arrivée du véhicule.

Cette obligation a engendré des réponses diverses :

Ainsi, l’Association européenne pour le développement de la mobilité électrique préconise que « les véhicules hybrides et électriques génèrent un son dans la plage de vitesse minimale, à partir de 20 km/h, et pendant la marche arrière… mais à condition qu’il ne s’agisse ni d’un son de sirène, de cor, de cloche ou encore de sons intermittents, de sons mélodieux ou de bruits d’insectes ».

Renault a imaginé avec l’Ircam (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) trois signatures sonores pour ses Zoé, intitulées « Ze Voice ».
Le timbre et le niveau du son de ZE Voice évoluent en fonction de la vitesse. ZE Voice se déclenche ainsi entre 0 et 30 km/h ; au-delà, les différents bruits de roulement suffisent à signaler l’arrivée d’un véhicule.

Afin de choisir un son pour la Focus électrique, Ford propose sur sa page Facebook un choix de quatre sonorités allant du ronronnement classique d’un moteur thermique au sifflement d’une soucoupe volante.

C’est donc une œuvre de création qui est demandée aux constructeurs, le défi étant d’inventer un nouveau son automobile qui ne se transforme pas en cacophonie urbaine.

Le projet e-Vader et la solution Nissan sur détection

Trouver le meilleur compromis entre création sonore et pollution sonore est l’objectif affiché du projet e-Vader, pour Electric Vehicle Alert for Detection and Emergency Response (alerte et détection des véhicules électriques pour une réponse d’urgence) financé par l’Union Européenne.

Ce projet intègre différents acteurs de la filière auto (Universités, équipementiers, constructeurs dont Nissan).

Sur cet axe de travail, Nissan a testé et fait valider une solution sophistiquée qui ne fonctionne qu’en présence de piétons ou cycliste, et qui ainsi n’augmente pas inutilement le bruit ambiant :

Le système fonctionne grâce à une caméra intelligente implantée à la base du pare-brise. Quand il détecte piétons, cyclistes et autres usagers de la route, il émet dans leurs directions une alerte sonore via des haut-parleurs externes. La gêne serait faible car intermittente, et Nissan ajoute que le bruit émis est jusqu’à 5 décibels inférieur à celui d’une voiture essence.

Il reste à faire adopter ce bruiteur comme un standard. Renault et PSA Peugeot-Citroën sont partenaires de Nissan pour ce projet eVADER.

L’ensemble des acteurs a bien intégré le risque que représente l’alliage véhicules silencieux/piétons distraits si une solution d’alerte sonore n’est pas déployée. La solution de Nissan, à ce jour la plus évoluée va encore progresser : à terme, le véhicule pourra aussi freiner automatiquement à l’approche des piétons. Dans l’attente de ces solutions, la vigilance est de mise pour les deux parties.

Share:

Leave a reply