AutopartageNon classé

Mobilité et partage dans l’entreprise : le service au cœur des enjeux

Blablacar, Airbnb, Drivy… Les consommateurs français se prennent au jeu du partage et contribuent ainsi au dynamisme d’une nouvelle économie, dont les acteurs affolent les compteurs de la Bourse. La thématique de la mobilité y occupe une place de choix, et pas seulement pour le grand public : les entreprises aussi se voient proposer de mutualiser des ressources (vélos, voitures, places de parking, bureaux…). Si elles se montrent encore prudentes, l’apparition de services prenant en compte l’ensemble de leurs préoccupations pourrait rapidement changer la donne.

Vingt-deux pour cent des Français ont déjà utilisé les services d’Uber (VTC), de BlaBlaCar (covoiturage) ou encore d’Airbnb (location d’appartements). Et 30 % se disent prêts à y recourir dans les douze prochains mois. L’enquête réalisée par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, au début de l’été, a le mérite d’être claire. Elle montre que l’économie du partage est en phase de décollage dans notre pays, qui est déjà le second marché mondial pour Airbnb.
L’étude OpinionWay dispense un autre enseignement majeur : si les premiers utilisateurs de ces services se recrutent plutôt chez les 18/24 ans (36 %), les CSP+ (35%) et les urbains, le phénomène pourrait s’étendre à toutes les couches de la population rapidement. En effet, selon Le Figaro, « une écrasante majorité des Français a une vision plutôt favorable de cette nouvelle économie (…). Ils sont ainsi 82 % à estimer qu’elle révolutionne la manière de consommer les biens et les services et 80 % à penser que ces nouvelles solutions vont faciliter leur vie. Pour eux, elles sont plus efficaces et surtout moins chères ». Enfin, 82 % pensent « qu’il vaut mieux accompagner le développement de cette économie qu’essayer de la bloquer ».

AlphaCity est l'expression même de l'alliance de l'économie du partage et de la mobilité.

AlphaCity est l’expression même de l’alliance de l’économie du partage et de la mobilité.

La mobilité, un thème majeur pour le partage… et les services

Le thème de la mobilité occupe une place privilégiée dans ces nouveaux comportements. La voiture et les déplacements représentent un poste de dépense important pour le consommateur, il se montre donc intéressé par des solutions qui lui permettent de minimiser le budget à y consacrer. Covoiturage donc, mais aussi prêt de véhicules entre particuliers ou partage de places de parkings. Si ces nouvelles solutions reçoivent un accueil aussi favorable, c’est parce qu’elles s’appuient sur des plateformes Internet dont le dispositif est très attractif : simplicité d’utilisation, diversité des offres proposées, services sécurisant la transaction financière entre particuliers, ou encore prestations d’accompagnement (livraisons des véhicules au pied de l’avion, assurances tous risques, etc.). En outre, ces systèmes s’appuient sur un fonctionnement communautaire dont les membres eux-mêmes s’évaluent entre eux. Ce dispositif vertueux ne laisse pas de place aux comportements déplacés et aux abus : plus la note d’un membre est élevée, plus il sera sollicité et pourra continuer à partager son service ou à consommer ceux qui lui sont proposés. Cet « autocontrôle » permanent rassure les plus prudents et contribue ainsi mécaniquement au développement des plateformes.

Des domaines d’applications multiples

cas-ecole-logistiqueLes initiatives ne manquent pas. Parmi les services innovants autour du partage pour les particuliers et sans doute demain pour les entreprises, l’application Shipster propose par exemple de livrer n’importe quel colis en quelques minutes. Friendshippr va plus loin en utilisant les services de voyageurs disposant de place dans leur véhicule ou leur valise.
Pour faciliter la logistique au quotidien, Instacart met des voisins en relation pour partager la corvée des courses au supermarché. Demain, y aura-t-il un service analogue pour vos fournitures bureautiques ? En attendant, vous pouvez déjà utiliser ShareMyStorage qui organise la location d’espaces vides (caves, garages). Quant à vos services généraux, ils connaissent peut-être déjà WarpIt qui propose de redistribuer du matériel, des fournitures de bureau ou du mobilier inutilisé aux entreprises voisines. N’oublions pas non plus la proposition de cours par mise en relation directe (MOOC) ou le financement participatif (Crowdfunding)…

Les entreprises sont déjà concernées

Parce que leurs collaborateurs sont des consommateurs séduits par les solutions partagées, mais aussi parce qu’elles y voient des opportunités de réaliser des économies ou encore d’améliorer leur bilan RSE, les entreprises commencent à examiner avec attention les nouvelles offres de service autour de la mutualisation des ressources (les leurs, ou celles d’autres sociétés).
De très nombreuses solutions destinées aux entreprises émergent actuellement, dans les domaines les plus variés, comme en a témoigné la conférence organisée fin juin par l’Arseg (Association des responsables des services généraux) sur le thème « Digitalisation, partage, RSE : les services innovent, et vous ? ».
Parmi les solutions présentées : Groombox qui propose des services de conciergerie mutualisée et installe dans les entreprises des coffres où les salariés peuvent déposer, puis récupérer des vêtements à retoucher ou à nettoyer et des chaussures à réparer. e partage de bureaux devient également une pratique courante, qui fait émerger de nouveaux acteurs comme Bureaux à Partager ou Neo-Nomade, par exemple. Pour un an, un mois ou une heure… Le développement des espaces de co-working est en pleine expansion : il y en aurait aujourd’hui près de 500 en France. Ces espaces permettent aux salariés pratiquant le télétravail, mais aussi aux auto-entrepreneurs ou à de petites sociétés de bénéficier de nombreux services et de conditions de confort optimales. Les grands de l’immobilier comme Nexity, Regus ou Bouygues Immobilier gèrent déjà plusieurs parcs de bureaux partagés et continuent de développer des initiatives en ce sens.
Dans un autre domaine, Softeebike propose aux entreprises de mettre à la disposition de leurs collaborateurs des vélos électriques pour leurs déplacements quotidiens. Les utilisateurs bénéficient d’un système de réservation des vélos en ligne avec gestion autonome des clés. Softeebike assurance la maintenance des vélos sur site pour quelques dizaines d’euros par an.
Parkadom est la première communauté de partage de places de parking. Ce service répertorie les places proposées par les particuliers et les ouvre à la location pour un temps déterminé. Un conducteur devant se rendre dans une zone particulière peut ainsi réserver une place de parking sur le site de Parkadom… Il a ainsi la certitude de se garer près de son point de destination, et l’économie moyenne réalisée est de l’ordre de cinquante pour cent par rapport à une solution de parking classique.
L’économie du partage est une réalité, dont le développement rapide est lié aux possibilités offertes par les nouvelles technologies du web. L’Arseg estime que les responsables d’environnement de travail (la nouvelle appellation des services généraux) vont devoir offrir aux salariés « des services pratiques, en veillant tout particulièrement à la qualité des interfaces d’utilisation, dont le design doit s’inspirer du succès des « apps » sur les smartphones, pour ne pas dérouter les collaborateurs ».

AlphaCity, une réponse signée Alphabet

alphacity-fait-differenceEn matière d’autopartage pour les entreprises, Alphabet montre la voie depuis plusieurs années avec AlphaCity, une solution plébiscitée par ses utilisateurs, et qui désormais propose la mise à disposition de véhicules électriques. Accenture, SFR, Dentsu Aegis Network et dernièrement, Bouygues Immobilier et Bearing Point ont adopté AlphaCity pour leurs collaborateurs.

AlphaCity est en effet une solution internationale, proposée par Alphabet dans neuf pays qui s’inscrit dans la stratégie du loueur d’offrir des solutions de mobilité innovantes à ses clients à travers l’Europe… Comme par exemple aux Pays-Bas, où Alphabet a aussi développé un service inédit : le Mobility Budget. Le principe ? Affecter à chaque collaborateur un budget adapté à ses besoins de déplacements (et validé par les partenaires sociaux). Le collaborateur est libre d’utiliser de budget pour ses déplacements, en utilisant comme bon lui semble l’ensemble des moyens de transport à sa disposition : transports en commun, location courte durée, véhicules en autopartage AlphaCity…

Innover par les services autour du partage

Dans le cas du Mobility Budget comme dans celui d’AlphaCity, la simplicité et la puissance de la solution génèrent des “expériences utilisateur” qui font la différence dans la rapidité d’adoption du service. La composante innovation est aussi un fort catalyseur, notamment quand le service est proposé dans un contexte professionnel. L’entreprise qui met à la disposition de ses collaborateurs des services qui simplifient leur quotidien, ou leur apportant plus de confort, valorise son image et gagne en attractivité aux yeux de ses salariés, notamment les plus jeunes.
Réussir son entrée dans le monde du partage dépendra certainement de cette combinaison : la compréhension, voire l’anticipation des nouveaux comportements d’un côté, la libération de l’innovation et de la créativité de l’autre.

Share:

Leave a reply