En FranceNon classé

Vitres teintées : toute la lumière… pour les gestionnaires de flotte

Demandé par la sécurité routière, le décret censé baisser le taux maximum d’opacité pour les vitres latérales avant teintées n’est toujours pas tombé. Le débat se poursuit autour de l’opportunité et du coût de mise en place de la mesure. En attendant qu’il soit tranché, voici un point sur la situation actuelle.

Le plan Cazeneuve pour la sécurité routière publiait début 2015 incluait 26 mesures, dont la 23ème recommandait de « préciser la réglementation du surteintage des vitres à l’avant des véhicules pour garantir le bon contrôle de certains comportements dangereux (utilisation du téléphone au volant, non port de la ceinture de sécurité…) ».
Le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe avait rappelé, à cette occasion, que « il s’agit de revenir à la norme en passant par une interdiction ». En effet, une norme internationale fixe la TLV (transmission de lumière visible) minimale à travers les vitres à 70%. Mais en France, des pratiques se sont répandues en dehors de ces règles avec des surteintages baissant la TLV à 50, 35 voire dans certains cas 5% !
Demandé par les forces de l’ordre, le décret n’est toujours pas publié (il est attendu ce mois-ci). On peut voir dans ce retard l’effet d’une polémique qui a enflé à l’automne, orchestrée notamment par l’ASFFV (Association Filtration et Sécurité des Films pour vitrage) qui regroupe des professionnels du secteur. Quelques-uns de ses arguments ont été largement repris dans la presse :

  • 1800 emplois sont menacés par la mesure
  • Rien ne prouve l’implication des vitres teintées dans l’accidentologie routière
  • Le surteintage apporte du confort aux passagers du véhicule, renforce leur sécurité (objets non visibles de l’extérieur, vitres plus résistantes en cas de car-jacking), limite l’utilisation de la climatisation, diminue l’éblouissement du au soleil pour le conducteur
  • Une limitation du TLV à 35 ou 50% suffirait à assurer la visibilité des passagers par les forces de l’ordre

La situation actuelle

  • Les films de surteintage sont déjà interdits pour le pare-brise et la lunette arrière ; ils sont tolérés pour les vitres latérales, « dans la mesure où ils ne gênent pas la visibilité du conducteur et sa conduite ».
  • Les vitres teintées proposées en option par la plupart des constructeurs sont rarement teintées dans la masse. La technique du film s’est généralisée.
  • On estime le nombre de véhicules équipés de films de surteintage à environ 160 000 par an, pour un parc total actuel d’environ 2 millions d’unités
  • Poser un film sur l’ensemble des vitres d’une voiture ne coûte que quelques centaines d’euros chez un professionnel. A cette occasion, il pourra enlever gratuitement les éventuels anciens films. L’opération de dépose n’est en effet pas très compliquée ni coûteuse, mais relativement fastidieuse.

Ce que l’éventuel décret doit préciser

  • La date à partir de laquelle la pose de films de surteintage sera interdite et celle à laquelle la mesure s’appliquera à l’achat de véhicules disposant de cette option.
  • Le délai pour enlever les films actuellement en place.
  • Le montant de l’amende en cas de non-respect des nouvelles obligations : le journal le Parisien croit savoir qu’elle serait de 135 euros, assortie du retrait de 3 points de permis.

Pour les gestionnaires de flotte

Il est inutile de se perdre en conjectures à propos de l’arrivée ou non du futur décret. Beaucoup trop d’éléments contradictoires s’affrontent. Dans l’attente, voici quelques conseils :

  • Cesser, dès maintenant, d’investir dans des vitres sur-teintées dans la masse, au profit, exclusif, de solutions de surteintage à base de films. Ceux-ci seront faciles à enlever le moment voulu, en cas d’évolution des textes.
  • Sensibiliser vos conducteurs, dans le cadre de votre car policy, à l’évolution probable des textes, mais aussi au respect des règles du code de la route qui le justifient aux yeux du CNSR : pas de téléphone portable au volant, port de la ceinture de sécurité en toutes circonstances…
Share:

Leave a reply