Non classéVU/VS

Un marché du pick-up en forme

Avec plus de 5 millions d’unités, le marché du pick-up représente 36 % du marché mondial des véhicules utilitaires. Le sous-segment des pick-up « une tonne » auquel appartient le Navara accapare à lui-seul 17 % du marché des VU dans le monde.

A l’origine destinés à pénétrer les marchés émergents, les pick-ups progressent désormais en Europe, où il s’en immatricule environ 115 000 unités par an, soit 0,75 % du marché européen global VP + VUL + VU. En France, ces véhicules commencent également à trouver leur place, aidés par leur polyvalence et une fiscalité favorable.

Un look extérieur bien accepté

Avec une longueur de 5,3 mètres, le nouveau Nissan Navara a peu de chances de conquérir le cœur des villes, mais les responsables des entreprises artisanales œuvrant à l’extérieur des centres urbains pourraient être tentés.

Le positionnement marketing qui consiste à réunir le monde du travail et celui du loisir est habile ! En effet le look 4×4 imposant du Navara est bien toléré, le côté utilitaire de la benne suffisant à en justifier l’encombrement. Celle-ci dispose d’un plateau de charge capable de porter 1 080 kg ou de tracter 3,5 tonnes et sa ridelle abattante donne accès à une surface utile de 1,56 m x 1,54 m.

nissan-navara-benne

Classe confort à l’avant, classe éco à l’arrière

Aux places avant, le confort s’apparente à celui d’un grand SUV ; l’arrière est à géométrie variable :

La carrosserie « Châssis-Cab » (5 120 mm de long et quatre places) est disponible uniquement en finition de base.

La version « King-Cab » de 5 255 mm de long réserve deux strapontins d’appoint derrière les sièges avant. Des petites portes à ouverture inversée améliorent l’accès à l’arrière, mais le dossier peu incliné et le peu de place pour les jambes limitent le confort.

La confortable version à cabine approfondie et à quatre portes battantes dite « Double-Cab » (5 330 mm de long) accueille 5 passagers et dispose d’une petite benne.

nissan-navara-places-arriere

Au volant

Au volant, l’impression de conduire un SUV domine.
Nissan a travaillé le comportement routier de la variante double cabine, 20 kg plus légère, avec une nouvelle architecture de suspension arrière à 5 bras, ce qui garantit confort et tenue de route.

Sous le capot du « NP300 Navara », est installé un nouveau 2.3 dCi associé au choix d’une boîte manuelle à 6 rapports ou d’une boite automatique à 7 rapports. Il est disponible à deux niveaux de puissance : 160 ch et 190 ch. Ce pick-up est également proposé en deux roues motrices pour ceux qui en feraient un usage exclusivement routier.

Le Nissan Navara profite aussi de nombreuses aides électroniques telles que le freinage d’urgence, l’aide au parking, la caméra de recul, la vision panoramique, l’accès mains libres, des feux LED, une aide au démarrage en côte, une aide au contrôle en descente, etc…

nissan-navara-place-avant

Fiscalité avantageuse

A ces caractéristiques de bon SUV et à un volume de chargement inégalé, le Nissan Navara bénéficie également d’une fiscalité attractive :

Pas de Malus !
Les pick-ups sont exonérés de malus écologique car ils sont classés en VU.

Pas de TVS !
Une mise à jour récente de la base BOFIP-Impôt intègre dans la doctrine fiscale la remarque suivante : « Si les véhicules concernés sont équipés d’une plate-forme arrière ne transportant pas les voyageurs et les marchandises dans un compartiment unique (tel un véhicule de type 4 x 4 pick-up, à cabine simple ou à double cabine), ils ne répondent pas à cette définition de véhicules à usage multiple au sens de la directive 2007/46 CE du 5 septembre 2007 et sont alors exclus du champ d’application de la TVS. À défaut, c’est-à-dire si les véhicules transportent les voyageurs et les marchandises dans un compartiment unique, ils constituent bien des véhicules de tourisme taxables à la TVS. »
En clair, les pick-ups, qu’ils soient à cabine simple ou à double cabine, sont considérés comme des VUL et non comme des véhicules à usage multiple. Ils sont donc exclus du champ d’application de la TVS.

TVA
Les textes nécessitent d’être lus et compris avant l’acquisition ou la location longue durée :
« S’agissant des véhicules de type « 4×4 pick-up », l’exclusion du droit à déduction de la TVA doit s’apprécier de manière objective en fonction des caractéristiques intrinsèques des véhicules ou engins et non de l’utilisation qui en est faite. Aussi, la grande variété des modèles de véhicules 4×4 de type pick-up existants sur le marché rendant difficile la fixation d’une règle systématique conditionnant la déductibilité, l’appréciation des caractéristiques intrinsèques du véhicule doit s’opérer pour chaque véhicule au cas par cas. Il peut néanmoins être indiqué, à titre de règle pratique, que les véhicules 4×4 de type pick-up pourvus d’une simple cabine, c’est-à-dire ne comportant que deux sièges ou une banquette, ou comprenant une simple cabine approfondie dans laquelle sont placés, outre les sièges ou la banquette avant, des strapontins destinés à faire l’objet d’un usage occasionnel, ne relèvent pas de l’exclusion du 6° du 2 du IV de l’article 206 de l’annexe II au CGI. Dans ces situations, les véhicules présentent un caractère utilitaire dans la mesure où leur volume de chargement demeure important. En revanche, les autres véhicules 4×4 du type pick-up, qui comportent quatre à cinq places assises hors strapontin, entrent dans le champ d’application de l’exclusion. Il s’agit notamment de ceux que les constructeurs rangent dans la catégorie des véhicules dits à double cabine ».
En pratique, il ne suffit pas que la carte grise mentionne la catégorie camionnette (CTTE) pour que le véhicule rentre dans le cadre d’une TVA récupérable. L’administration distingue deux cas :

  • Pick-up simple cabine ou cabine approfondie : récupération de la TVA sur l’achat ou la location longue durée du pick-up.
  • Pick-up double cabine : pas de récupération de TVA sur l’achat ou la location du véhicule.

Seul véhicule de sa catégorie à proposer une suspension arrière confortable à ressorts, le nouveau Navara a réussi le virage de l’univers professionnel vers celui des loisirs. Comme sa fiscalité reste très avantageuse, son succès commercial ne fait guère de doute.

Share: