En FranceNon classé

Premier semestre : le marché automobile français dans une forme… électrique !

Malgré un léger tassement de la croissance en juin (+ 0,8 %), les ventes de voitures continuent de progresser en France (+ 8,8 % sur le premier semestre, source CCFA). Le segment des véhicules électriques semble enfin décoller (+ 50 % sur ces six premiers mois, source Avere) et les hybrides rechargeables progressent de 57 % de janvier à juin malgré une baisse de leur bonus écologique en début d’année.

Dynamique globale positive sur le marché français : Les chiffres du CCFA :

  • Il y a eu 1 102 442 immatriculations de voitures particulières en France ce premier semestre, soit une hausse de 8,3 % par rapport à 2015.
  • Avec 227 336 unités, le mois de juin se termine sur une progression de 0,8 % (même nombre de jours ouvrables qu’en 2015)
  • La bonne forme du marché des VUL (véhicules utilitaires légers de moins de 5,1 tonnes) se confirme : 216 019 immatriculations enregistrées depuis janvier, soit une hausse de 9 % par rapport à 2015.
  • Du côté des constructeurs, on note les belles performances de Dacia (+14 %) et du Groupe Renault en général (+ 11 %), d’Audi (+ 13,4 %), de Skoda (+ 14,4 %), de Fiat (+ 18,3 %) et surtout de BMW (+ 20,3 %)

Véhicules électriques : frémissement ou décollage ? Les chiffres de l’AVERE

L’agence nationale pour le développement de la mobilité électrique se réjouit d’une progression de plus de 50 % des immatriculations de véhicules et d’utilitaires électriques au cours de ce premier semestre 2016.

  • Au total, 15 068 véhicules ont été immatriculés, dont 12 338 véhicules particuliers (+ 53,6 %) et 2 730 utilitaires (+ 34 %).
  • En juin, la progression a été de 6,1%
  • A noter que la part des véhicules électriques passe la barre symbolique des 1 % (1,13 %) de la totalité des véhicules vendus ce premier semestre en France.
  • Renault (Zoe) et Nissan (Leaf) dominent le classement des constructeurs sur le segment des véhicules électriques particuliers
  • Côté utilitaires, Renault (Kangoo et Zoe) devance Ligier ; viennent ensuite Nissan, Goupil et Peugeot.

Hybrides rechargeables : le décrochage fiscal aura-t-il lieu ?

La décision gouvernementale d’abaisser en janvier dernier le bonus écologique des véhicules hybrides rechargeables de 4000 à 1000 euros va-t-elle affecter significativement les ventes ? Les chiffres de ce premier semestre le laissent penser.
Certes, 3 327 immatriculations (contre 2 117 en 2015) ont été enregistrées depuis janvier, soit une hausse de 57 %. Mais dans le détail, la baisse du nombre de commandes passées au début de l’année a commencé à affecter les livraisons dès avril. En juin, le segment des hybrides rechargeables a ainsi reculé de 15 % par rapport à 2015 (507 immatriculations).
Notons toutefois les belles performances des SUV premium, bien adaptés à ce type de motorisation, et qui, chez Volvo, BMW et Audi trustent, dans cet ordre, 40 % des immatriculations de juin.

De belles promesses pour l’avenir

Avec le Mondial de l’Automobile à venir cet automne et alors que l’économie montre des signes encourageants de reprise (ce que l’on constate notamment sur le marché des utilitaires), il faut espérer que la seconde partie de l’année sera à la hauteur de la première. Quant au segment des véhicules électriques, entre les progrès des constructeurs sur leur autonomie, le déploiement de plus de bornes de recharge sur le territoire et la politique volontariste des grandes villes ou du gouvernement, son décollage tant de fois reporté semble… imminent.

Share: