En France

Mobilité et concertation : Quand la limitation de vitesse repasse à 90 km/h…

Après un an d’expérimentation, l’abaissement de la limitation de vitesse à 70 km/h sur la rocade de Rennes vient d’être annulé par le Préfet de l’Ile et Vilaine. Une décision saluée par les associations d’automobilistes, qui s’appuie surtout sur des résultats jugés décevants pour ce test, à la fois en termes de fluidité du trafic et de maîtrise de la pollution.

Même si les sites « automobilistes » comme Caradisiac et les internautes qui animent son forum se réjouissent essentiellement d’une décision rare qui consiste à revoir à la hausse une limitation de vitesse, la décision du représentant de la république mérite une analyse plus complète.

  • Il ne s’agit pas d’une reculade du Préfet : dès le début du test, le 1er octobre 2015, la mesure d’abaissement de la vitesse (de 90 km/h à 70 km/h essentiellement, mais aussi de 110 km/h à 90 km/h sur quelques portions de la rocade) avait été présentée comme expérimentale. Un comité de suivi technique avait d’ailleurs été mis en place immédiatement et avait tenu plusieurs réunions intermédiaires au cours des douze derniers mois, avant de rendre un avis définitif le 26 septembre dernier.
  • La fluidité du trafic ne s’est pas améliorée, alors que c’est ce que l’on aurait pu attendre d’une circulation moins rapide, occasionnant moins de coups de freins et donc de ralentissements. Au contraire, la mesure a généré le ralentissement des temps de parcours sur certaines portions et une augmentation du nombre d’accidents.
  • La qualité de l’air ne s’est pas améliorée, alors que l’origine de l’expérimentation tirait sa légitimité de « considérations de santé publique » selon le Préfet. En effet, les véhicules pouvant rouler sur le dernier rapport de vitesse à 70km/h sont assez peu nombreux. Les voitures se retrouvent ainsi sur un rapport plus court et durant un temps plus long dans une circulation « hachée », ce qui augmente la consommation de carburant et les émissions de CO2.

La rocade a donc connu une hausse de sa limitation de vitesse depuis ce samedi premier octobre, à 90 km/h. Les associations d’automobilistes y voient, comme 40 millions d’automobilistes, « la preuve que le fait de baisser la limitation de vitesse n’est en aucun cas un gage d’amélioration des conditions de circulation. Bien au contraire, les conséquences de cette expérimentation sont majoritairement néfastes pour les usagers et l’on salue donc l’impartialité des autorités qui ont su rétablir la limitation de vitesse la moins pénalisante pour tous ».

Share: