Prospective

Voiture autonome : le grand sommeil ?

Un sondage de l’équipementier Faurecia a fait couler beaucoup d’encre en marge du Mondial de l’Automobile. Il révèle que 60% des conducteurs français apprécieraient, lorsque les voitures autonomes seront disponibles, de pouvoir consacrer le temps du trajet à dormir ou se relaxer. Pas si étonnant…

Le Mondial de l’Automobile a donné, comme à son habitude, l’occasion aux acteurs de l’automobile de se pencher sur les relations des conducteurs français à la voiture.

L’équipementier Faurecia a innové en demandant à l’institut Odoxa de sonder nos compatriotes non seulement sur leurs habitudes actuelles au volant mais également sur les promesses du véhicule autonome. Voici les principales conclusions de l’enquête :

  • La voiture reste avant tout une nécessité, pour 91% des sondés
  • Elle est également associée à la liberté (87%) et au plaisir (66%)
  • Mais elle est source de stress pour 45% des personnes interrogées, et même 49% chez les femmes
  • Elle fait perdre du temps (44%)

La seconde partie de l’enquête porte sur les activités du futur « conducteur » (ne faut-il pas plutôt parler de passager ?) des véhicules autonomes, et leur préférence d’allocation du temps gagné à ne plus devoir se concentrer sur la conduite. Une typologie s’en dégage nettement :

  • Les connectés (35%) le consacreraient de préférence à l’envoi de SMS et de mails
  • Les joueurs et les cinéphiles (22%) désireraient un écran multimédia ou un écran TV/cinéma dans le pare-brise.
  • Les détendus (60%) souhaiteraient se relaxer ou dormir et, parmi eux, 68% des plus de 60 ans.

La statistique est marquée mais n’est pas si surprenante, pour au moins trois raisons :

  • La voiture autonome, à tort ou à raison, est actuellement imaginée par les automobilistes comme une réinterprétation, sur la route, de ce qu’ils connaissent du train. D’ailleurs, ne leur présente-t-on pas de nombreux projets reposant sur des convois de véhicules asservis les uns aux autres ? Et que fait-on dans un train ? On se détend, on se relaxe et on dort…
  • Les voitures les plus récentes, les plus puissantes et les mieux équipées, se croisent plus souvent sur les autoroutes que sur les nationales. Un environnement où le principal risque pour le conducteur est devenu celui de somnolence. Rien d’étonnant à ce qu’il veuille pouvoir enfin assumer, sur ces longs trajets monotones, son envie de dormir sans crainte et sans stress.
  • L’âge moyen d’un acheteur français de véhicule neuf est de 55 ans Par conséquent, les premiers acheteurs des futurs véhicules autonomes pourraient bien se retrouver parmi les seniors. Dont la légende – mais pas seulement – veut qu’ils s’accordent volontiers une petite sieste après le repas…

En attendant de pouvoir en profiter sans crainte, la sieste au volant reste bien entendu déconseillée comme l’a rappelé avec humour Caradisiac, qui en a profité pour dresser une liste des différents dispositifs anti-somnolence. Le plus prometteur, selon eux, restant « le capteur, placé sur le doigt, qui mesure en permanence la vigilance du conducteur puis émet des vibrations voire un fort signal sonore en cas de baisse de l’attention ».

 

Share: