Actualité

Autolib, cinq ans pour découvrir les vertus d’un service d’autopartage

Cela fait cinq ans que le service Autolib’ a vu le jour dans les rues de Paris et d’une cinquantaine de villes de sa proche banlieue . Le principe, inédit alors, consistait à proposer la location d’une citadine électrique (la BlueCar sortie des usines Bolloré) pour de courts trajets. L’agglomération de Bordeaux et la ville de Lyon ont depuis adopté la démarche, en rebaptisant leurs projets respectifs en Bluecub et Bluely.

A l’heure du bilan, les responsables d’Autolib revendiquent un taux de satisfaction de leur clientèle tout à fait respectable de 92%. Cela ne les exonère pas d’apporter les améliorations régulièrement demandées par les utilisateurs, concernant par exemple l’état douteux des habitacles ou les pannes électroniques causées par la pluie. D’ailleurs, durant la dernière semaine de ce mois de novembre 2016, le taux d’indisponibilité des véhicules atteignait 8,15%.

Mais d’autres indicateurs témoignent d’une vraie adhésion des parisiens à ce dispositif innovant.

En particulier :

  • Plus de 320 000 personnes différentes ont utilisé le service depuis sa création. Un véhicule est loué toutes les cinq secondes, pour une durée moyenne de location de 37 minutes.
  • Il existe 1 096 de stations en service fin novembre. 6 217 bornes de recharge sont disponibles. Ces stations accueillent un total de 4 000 voitures en libre-service sur l’Ile-de-France.
  • Le nombre d’abonnements actifs s’élève à 140 055. Durant ce mois de novembre 2016, 453 703 locations ont été enregistrées. Sur l’année 2015, on en avait compté 5 251 295.
  • Enfin, 165 360 000 kilomètres ont été parcourus depuis cinq ans, ce qui permet aux facétieux statisticiens de calculer qu’il faut en moyenne 6h15 pour que l’ensemble des Autolib parcourent l’équivalent d’un Tour du Monde

De façon plus concrète, on estime que 36 361 véhicules (et parmi eux, certainement une majorité de modèles thermiques) auraient été supprimés des routes d’Ile-de-France grâce aux Autolib. Assurément une bonne nouvelle à l’heure où les autorités cherchent à réduire les émissions de particules fines sur la capitale.

Share: