Actualité

Pastille Crit’Air : Pour les professionnels, comment ça marche ?

Depuis le 15 janvier 2017, la circulation restreinte a remplacé la circulation alternée en cas de pic de pollution à Paris, Lyon, Villeurbanne et Grenoble. Grâce à la pastille Crit’Air, le gouvernement entend identifier en temps réel les véhicules « propres » pour limiter les émissions polluantes.

Si le procédé est plutôt simple pour les particuliers, l’affaire se corse pour les professionnels.

Le premier pic de pollution de l’année a touché l’Ile-de-France et la région lyonnaise mi-janvier. L’occasion, pour le gouvernement, de tester la circulation différenciée dès le 23 janvier à Paris et à Lyon. Lors d’épisodes de pollution, des zones de circulation restreinte (ZCR) seront désormais imposées à Paris, Lyon, Grenoble et Villeurbanne dès cette année, puis dans 21 autres villes à l’horizon 2020. L’objectif ? 25 villes respirables en 5 ans.

Cette mesure concerne aussi bien les véhicules utilitaires légers que les poids lourds, classés en six catégories selon la date de leur première immatriculation et leur motorisation. Plus le pic de pollution sera sévère, plus la circulation sera restreinte aux catégories les plus « propres ».

Et pour les professionnels ?

Pour obtenir leur vignette, les professionnels peuvent passer commande auprès du site mis à leur disposition par le gouvernement ou via leur loueur comme Alphabet.

En complément du certificat d’immatriculation, la facture de la commande, envoyée par mail, fait office d’attestation devant les autorités qui autorise cette tolérance jusqu’au 31/03/2017. Celle-ci doit mentionner les informations du certificat pour être valable et éviter aux professionnels une mauvaise surprise en cas de contrôle. En effet, un véhicule sans Crit’Air en ZCR est passable d’une amende allant de 68€ à 365€.

Quelle alternative ?

Pour éviter de se voir interdire l’accès aux villes concernées par les restrictions, les entreprises doivent s’équiper en véhicules récents. La location longue durée est dans ce cadre la solution la plus simple car elle leur permet de renouveler régulièrement leur flotte et donc de bénéficier de véhicules neufs, plus à même de respecter les critères éco-responsables des normes européennes. Elle offre aussi la possibilité aux entreprises d’intégrer à leur parc des véhicules électriques, non concernés par cette mesure, et qui peuvent donc circuler librement en permanence.

À noter que dès le 1er avril 2017, les véhicules non immatriculés en France, véhicules professionnels européens compris, devront eux aussi porter une vignette Crit’Air pour circuler dans les ZCR. Les entités publiques, elles, devront renouveler a minima 50% de leur parc avec des véhicules à faibles émissions à l’horizon 2020.

Share:

Leave a reply