Actualité

Trajet domicile/travail : les Français préfèrent la voiture !

Trajet domicile/travail : les Français préfèrent la voiture !

Selon une étude réalisée par l’IFOP pour Alphabet*, le véhicule demeure l’un des principaux moyens de déplacement des actifs français. Et dans un contexte actuellement marqué par les enjeux environnementaux et sanitaires, les tendances autour de la mobilité évoluent en faveur de motorisations hybrides ou électriques et de solutions de déplacements « partagées ».

80 % des actifs français utilisent une voiture à un moment donné pour effectuer leur trajet domicile-travail et 40 % utilisent uniquement la voiture pour ce trajet : la voiture continue indéniablement d’occuper une place prépondérante dans la mobilité des Français qui travaillent. Et pour 85 % de ceux qui utilisent la voiture pour se rendre sur leur lieu de travail, il s’agit de leur mode de transport principal.

Pourquoi les Français actifs choisissent-ils la voiture ?

45 % de ceux qui utilisent principalement la voiture pour leurs trajets domicile/travail le font pour des raisons de rapidité. Ils parcourent en moyenne 44 km par jour (aller plus retour). Les temps de trajet sont les mêmes pour les habitants des petites et grandes communes (29 minutes en moyenne) – sauf pour les habitants en périphérie de Paris, pour qui les trajets sont de 43 minutes en moyenne. L’utilisation d’un véhicule permet de gagner en moyenne 20 minutes sur le temps de trajet, avec quelques disparités : ce temps gagné est de 23 minutes dans les zones rurales et de 27 minutes dans les communes de 2000 à 5000 habitants. Bien que moins élevé, ce gain de temps reste non négligeable en unité urbaine parisienne (17 minutes), dans les communes de 200 000 habitants et plus (16 minutes) ainsi que dans les communes de 100 000 à 199 999 habitants (14 minutes).

L’autonomie est le deuxième motif qui pousse les actifs français à utiliser leur véhicule pour ces trajets domicile/travail (41 %).

Enfin, 49 % des actifs qui utilisent leur voiture n’ont pas d’autre alternative. Un chiffre qui monte à 72 % dans les communes rurales.

Le véhicule de fonction, un élément statutaire toujours apprécié

15 % seulement des répondants déclarent que leur entreprise dispose d’une flotte automobile et parmi eux, 73 % disent en bénéficier. Lorsque des  solutions de mobilité sont proposées par les entreprises et connues des salariés, elles sont largement utilisées. Le véhicule de fonction reste d’ailleurs un élément statutaire de rémunération encore largement plébiscité par les salariés.

Vers des motorisations de plus en plus vertes

Parmi les actifs dont l’entreprise possède une flotte automobile, 39 % aimeraient que les motorisations hybrides soient privilégiées. Suivent les motorisations diesel (34 %), électriques (29 %) et essence (18 %).

Pour Cédric Marquant, Directeur Marketing & Business Development d’Alphabet France, l’hybride remporte le plus de suffrages dans les souhaits des conducteurs pour la flotte de leur entreprise et les trajets domicile-travail car il répond à la plupart des besoins de mobilité.

« On remarque que l’hybride est davantage plébiscité par les actifs dont le trajet n’excède pas les 10 kilomètres et qui pourraient donc tout à fait utiliser une voiture électrique. En complément, les chiffres de l’électrique qui sont au-dessus de l’essence et proches du diesel démontrent le fort intérêt des Français pour les motorisations alternatives. Chez Alphabet, nous constatons un changement des mentalités autour de la mobilité, que les chiffres de ce sondage mené avec l’IFOP corroborent. Les entreprises comme les salariés se tournent de plus en plus sur les motorisations alternatives et le nombre de commandes de véhicules hybrides et électriques ne cesse de croître. Nous sommes ravis d’avoir fortement contribué à cette tendance en proposant des voitures électriques depuis 2013 avec notre offre AlphaElectric, et de voir que désormais, plus d’une voiture sur deux immatriculée en LLD en France est une voiture Alphabet ».

Essor du covoiturage

L’évolution des mentalités autour de la mobilité s’illustre également par l’intérêt accru des actifs en faveur de solutions alternatives leur permettant de réaliser des économies tout en gagnant en praticité et en réduisant leur empreinte carbone : 29 % des actifs utilisant un véhicule pour leur trajet domicile/travail déclarent aujourd’hui covoiturer au moins de manière exceptionnelle et 14 % le font au moins une fois par mois. Enfin, parmi ceux qui ne pratiquent pas le covoiturage, 37 % déclarent qu’ils pourraient envisager de le faire – notamment les 18-24 ans (58 %).

* Etude en ligne réalisée par l’IFOP pour Alphabet France, du 30 août au 6 septembre 2017 auprès de 1000 Français actifs, de 18 à 65 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’individu) après stratification par région et agglomération.

Infographie : Étude Alphabet France / IFOP

Share: