ActualitéAutour du monde

Salon de Genève 2018 : quelles tendances impacteront les flottes d’entreprise ?

Du 8 au 18 mars dernier s’est tenue la 88e édition du prestigieux salon de Genève, qui réunit chaque année les plus grands noms de l’automobile. Pendant 10 jours se dessinent les tendances du secteur pour les mois à venir dans le monde entier, alors que les marques rivalisent d’originalité pour que leurs produits phares se démarquent parmi les 900 véhicules exposés. L’édition 2018 a ainsi notamment accueilli la voiture la plus rapide du monde, conçue par le constructeur croate Rimac, et le concept de véhicule-robot autonome, dédié au transport de passagers, développé par Renault.

Si ces présentations de prototypes aux performances et au design parfois futuristes permettent aux constructeurs de faire rêver le grand public, ils révèlent aussi des tendances qui impacteront forcément les flottes d’entreprise à plus ou moins long terme. Retour sur les grandes tendances de demain à surveiller dès aujourd’hui.

Le roi diesel est mort, …

Quelques heures avant l’ouverture du salon, la sentence est tombée : Toyota ne commercialisera plus de véhicules diesel en Europe dès cette année. Cette décision du constructeur japonais s’explique notamment par une baisse croissante de ses ventes de véhicules diesel sur le Vieux Continent – qui ne représentent que 15% en 2017 contre 30% il y a 5 ans – et par une forte progression de ses ventes de modèles hybrides.

Sur fond de « dieselgate » et suite aux projets d’interdiction de circulation des véhicules polluants qui fleurissent en France, notamment avec les vignettes Crit’Air adoptées par les grandes métropoles, et en Allemagne, où le tribunal de Leipzig vient d’autoriser les grandes villes à restreindre progressivement la circulation des véhicules altérant la qualité de l’air, les exposants du salon de Genève ont mis à l’honneur les motorisations alternatives plus « propres ». Parmi celles-ci, l’électrique s’est imposé comme le grand vainqueur.

…vive le roi électrique !

Le constructeur Renault, dont la Zoé représente 70% des ventes de voitures électriques dans l’Hexagone, a présenté la nouvelle version de son modèle électrique phare, à côté duquel la marque de luxe Jaguar s’est imposée comme un sérieux rival de Tesla en présentant sa première voiture électrique, le SUV i-Pace.

Bien que les Jaguar ne soient pas très répandues dans les flottes d’entreprise, notamment dans la teinte orange mise en avant sur le salon, cette prise de position de la marque – qui s’observe également chez Porsche – est un indicateur fort de la place que vont prendre les motorisations électriques dans les mois et les années à venir. De plus, face aux performances affichées par ces modèles haut-de-gamme, les limites de l’électrique qui peuvent aujourd’hui encore freiner les conducteurs et les gestionnaires de flotte devraient progressivement s’estomper.

Le 4×4 urbain, véhicule phare d’aujourd’hui et de demain

Si tous les constructeurs se voient désormais contraints d’intégrer un modèle électrique à leur gamme, il est à noter que leur choix se porte le plus souvent sur un SUV. Largement plébiscité par le grand public comme par les professionnels depuis quelques années, le 4×4 urbain a encore de beaux jours devant lui. En témoigne le XC40, dernier né des SUV compacts Volvo, qui a été élu voiture de l’année 2018.

La première voiture électrique proposée par Jaguar affiche les courbes d’un SUV, de même que le Mission E Cross Turismo de Porsche, qui mêle avec brio les lignes de sa mythique 911 et l’allure sportive et surélevée des crossovers. Plus abordables, le Kona de Hyundai et l’e-tron quattro d’Audi promettent de belles performances et devraient rapidement s’imposer dans l’univers impitoyable des véhicules d’entreprise.

Share: