AutopartageInnovation

Autopartage en entreprise : la mobilité pour tous les collaborateurs

Après avoir séduit les particuliers, l’autopartage fait désormais son entrée dans les entreprises. À la clé pour ces dernières, une offre de mobilité supplémentaire pour les collaborateurs grâce à un service de réservation en ligne simple et des véhicules performants et entretenus, gage de sécurité, de sérénité et d’efficacité. C’est aussi un levier d’optimisation des coûts liés à la mobilité.

En dix ans, le visage de la mobilité s’est profondément modifié, notamment dans les centres urbains. Ce succès auprès du grand public (une Autolib’ louée toutes les 5 secondes dès décembre 2016) a trouvé son prolongement naturel dans le monde de l’entreprise.

Jusqu’à 70% d’économies

Plusieurs raisons convergent pour expliquer cet engouement. La première est économique : un collaborateur avec des besoins de déplacements professionnels mais ne disposant pas d’un véhicule de fonction ou de société engage des dépenses de taxis, utilise sa voiture personnelle (avec des indemnités kilométriques à la clé) et peut parfois être amené à recourir à des services de location courte durée.
L’autopartage en entreprise permet de réduire les coûts de mobilité des collaborateurs de 40 % en moyenne. L’économie peut même atteindre 70 % si l’entreprise choisit de proposer à ses collaborateurs l’utilisation des véhicules autopartagés pour un usage privé à des prix attractifs. Les sommes ainsi perçues permettent de compenser pour une grande partie les coûts de la flotte en autopartage.

De plus, depuis le 1er janvier 2018, les entreprises en zone de PDU (Plan de déplacements urbains) regroupant plus de 100 salariés sur un même site doivent se doter d’un plan de mobilité et proposer à leurs collaborateurs d’autres moyens de transport que la voiture individuelle pour leurs trajets professionnels et domicile-travail. Cette obligation légale, qui s’inscrit dans la loi de transition énergétique, vise notamment à réduire les émissions de CO2 liées aux déplacements professionnels. Les solutions favorisant les alternatives à la voiture individuelle, mais aussi celles qui rationalisent son usage, comme le covoiturage ou l’autopartage, sont parmi les plus adaptées.

Un outil pour améliorer la QVT

Les conditions de mobilité dont bénéficient les collaborateurs pour leurs déplacements professionnels font partie des éléments qui influent sur le niveau de Qualité de vie au travail (QVT) d’une entreprise. Les trajets professionnels sont naturellement générateurs de stress et d’inconfort. Aussi, le fait de proposer aux collaborateurs une solution flexible et adaptée à leur problématique de déplacement, qu’elle soit ponctuelle ou régulière, contribue de manière durable à améliorer leurs conditions de travail, leur satisfaction vis-à-vis de leur employeur, leur fidélité à l’entreprise et leur performance.

Un service complet et simple à utiliser, gage de succès

La simplicité d’utilisation et la fiabilité du système de réservation sont essentielles pour assurer un succès durable à l’autopartage en entreprise. Il est notamment indispensable de bien « calibrer » la taille de la flotte proposée en autopartage : suffisamment de véhicules pour répondre à tous les besoins de mobilité mais ne pas proposer un nombre pléthorique de voitures afin d’éviter leur sous-utilisation.

Pour bien dimensionner une flotte autopartagée en entreprise, plusieurs aspects doivent être pris en considération :
– La typologie des parcours effectués
– Le nombre d’utilisateurs
– L’ensemble des besoins ponctuels de mobilité qui génèrent des frais de taxi, de location courte durée, de remboursements d’IK…

Par ailleurs, les véhicules proposés doivent être propres et en bon état pour rester attractifs et garantir la sécurité des utilisateurs. Ceux-ci doivent aussi pouvoir s’appuyer sur des services complémentaires : aide à l‘utilisation, assistance 24/24 en cas de panne ou d’accident, carte carburant à disposition.

Enfin, il ne faut pas hésiter à proposer des véhicules valorisants pour les conducteurs en jouant sur les marques, les modèles et les finitions.

Le secret du succès de l’autopartage en entreprise ? Simplicité d’utilisation, attractivité des véhicules et qualité des services associés. Mais aussi volonté des dirigeants de rompre avec les moyens classiques de mobilité et implication du gestionnaire de flotte pour le déploiement opérationnel de la solution. Accompagné des conseils de son loueur longue durée, celui-ci pourra pas à pas élaborer la solution la mieux adaptée aux besoins en mobilité de ses collaborateurs.

 

FOCUS : Propreté des véhicules, facteur-clé de succès de l’autopartage

La baisse continue du nombre d’abonnés à AutoLib’ (103 000 fin 2017, contre un pic à 110 000 un an auparavant), puis sa fermeture récente ne sont pas tant le symbole d’un échec de l’autopartage grand public en ville que la conséquence de manquements devenus criants
sur la maintenance des voitures proposées aux abonnés du service.
Les réseaux sociaux sont en effets envahis de clichés montrant les « Bluecar » parisiennes
dans un état de saleté repoussant, causé par la négligence de certains occupants,
mais aussi parce que le rythme des nettoyages est insuffisant.
La propreté trop longtemps négligée de ces véhicules a contribué à ruiner leur réputation.
Le stationnement est aussi devenu un problème récurrent pour les utilisateurs.
Certaines stations ont été régulièrement saturées ce qui a contraint les conducteurs
à s’éloigner pour pouvoir garer leur AutoLib’.

-> Propreté des véhicules et simplicité de stationnement : deux pré-requis qu’il est indispensable d’intégrer en amont de toute réflexion sur le déploiement d’un service d’autopartage en entreprise.

 

Share: